Libérons-nous des kilos émotionnels qui nous empoisonnent - Cabinet Hypnose à Paris
109
post-template-default,single,single-post,postid-109,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,qode-theme-ver-16.0.1,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive

Libérons-nous des kilos émotionnels qui nous empoisonnent

Libérons-nous des kilos émotionnels qui nous empoisonnent

Avec les beaux jours qui reviennent, nous avons souvent envie de perdre du poids pour rentrer dans notre maillot. Cependant, malgré tous nos efforts et toutes sortes de privations, nous sommes incapables de perdre un gramme. Et si les coupables étaient les kilos émotionnels qui nous empoisonnent la vie ? Le psychiatre Stéphane Clerget s’est penché sur la question dans son ouvrage paru en 2009, « Les kilos émotionnels, Comment s’en libérer ».

Comme leur nom l’indique, les kilos émotionnels sont liés à nos émotions, qui peuvent nous pousser à manger plus, et la plupart du temps, une certaine catégorie d’aliments gras ou sucrés. Ce qui n’est pas très bon pour garder la ligne, on s’en doute ! Selon une étude parue en avril 2013, dans l’American Journal of Clinical Nutrition, le  risque de surpoids est 5 fois plus élevé chez ces personnes qui cherchent à apaiser des sentiments négatifs.

Quand nous sommes en pleine crise émotionnelle, nous pouvons même stocker les graisses, sans manger plus que d’habitude. Ce sont les hormones qui agissent ainsi sur notre corps, sans que nous en ayons conscience, en cas de colère, de stress, d’anxiété… Par exemple, le stress chronique va nous faire grossir par le biais de la cortisone, on va surtout prendre du tour de taille, même si, à la base, on est mince.

Nous allons avoir tendance à manger pour digérer nos émotions. Selon l’étude américaine citée plus haut, 52 % des femmes contre 20 % des hommes mangent sur le coup d’une émotion négative  Quand nous sommes en détresse ou que nous ressentons de la frustration, nous allons par exemple nous consoler en mangeant un gâteau ou des bonbons comme le faisait notre mère. Pour éviter que ne s’installe le cercle vicieux des kilos émotionnels, il est nécessaire de mettre en place une éducation alimentaire, dès l’enfance, comme par exemple manger à table en famille, pratiquer des activités culinaires avec son enfant, ne pas manger devant la télévision… Il faut que l’enfant mange en conscience et puisse exprimer ce qu’il ressent autrement qu’en mangeant.

Souvent les personnes se remplissent le ventre pour compenser les frustrations qu’elles ressentent dans leur activité professionnelle ou leur vie privée. Ce qui fait qu’elles se sentent de plus en plus mal dans leur peau et s’enferment dans un cercle vicieux, de prise de poids – culpabilisation et ainsi de suite. Dans ce type de situation où l’on va se jeter sur la nourriture sans réfléchir, il est donc nécessaire de se demander si on ressent vraiment la faim ou s’il s’agit d’un processus de compensation. Il faudra également prendre conscience de nos envies et de nos aspirations profondes. On pourra ainsi se libérer de ses émotions, une fois qu’on aura identifié les raisons de notre mal-être. Finalement, pour réussir à perdre ses kilos émotionnels, il est nécessaire de faire la paix avec soi-même et d’apprendre à s’aimer tel qu’on est, avec ses qualités et ses défauts.

Pour réussir à prendre conscience de toutes ces émotions qui nous parasitent et qui nous empêchent de nous épanouir, il est souvent nécessaire de faire un travail sur soi pour retrouver sa confiance en soi. Un professionnel arrivera à faire ressortir ce qui est enfoui au fond de nous, par le biais d’une psychothérapie ou de l’hypnose par exemple.

Crédit photo: © kouchin – Fotolia

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.